Ce mardi 23 avril, le tribunal correctionnel de Mont de Marsan a rendu son délibéré suite à la plainte pour diffamation de Geneviève Darrieussecq (présidente de l'Union des villes "taurines" et maire de Mont de Marsan) contre Christophe Leprêtre (président du Réseau Animavie). Les juges landais se sont prononcés en faveur du maire aficionado, reconnaissant le caractère diffamant dans des propos de Christophe Leprêtre qui demande depuis longtemps que les enfants n'aient pas accès aux corridas, en raison des risques avérés de traumatismes psychologiques à la vue de cette pratique sanguinaire. Une agression sexuelle sur une fillette avait eu lieu dans les arènes montoises pendant une corrida et aurait pu être évitée grâce à l'interdiction des enfants dans ces "spectacles" violents. Mais l'intérêt de Geneviève Darrieussecq à l'égard de la corrida prime donc sur la protection de l'enfance.

Le Réseau Animavie déplore cette décision inique des juges landais. Nul n'est dupe, ce n'est pas pour un prétexte de diffamation que les aficionados sachant le déclin de la corrida, ont porté plainte, mais pour attaquer le mouvement populaire de la cause animale. Avec son avocate Hélène Thouy, Christophe Leprêtre réfléchit à faire appel, pour le bien des enfants, des animaux et de la liberté d'expression.

http://www.reseauanimavie.fr/